Ce qui m'est dû

— critique


Une création longue et difficile que fut ce spectacle pour le duo Héloïse Desfarges et Antoine Raimondi, débutée en solo par le couple d'artistes mais qui fut ensuite accompagnée par le metteur en scène Jérémie Bergerac. 6 mois d'écriture pour ce texte lourd de sens, où chaque mot a été pensé et pesé avec soin avec toujours cette question en tête : « où est-ce que j'ai envie d'agir ? » Le texte est si puissant que les artistes eux-mêmes pleuraient à la fin des premières représentations. Cette « pièce de théâtre avec une danseuse » frappe de plein fouet le public, autant en séance scolaire qu'en séance tout public, grâce à ce texte parfois accompagné de mouvements dansés (que ce soient de la part d'un ou des deux artistes), ces derniers atténuants ou amplifiant le texte clamé le plus souvent par Antoine Raimondi, avec une diction tout simplement impressionnante.

À l'enchaînement de scènes simplement dansées, juste clamées ou bien les deux, se superposent un jeu d'éclairage simple et de temps à autre une musique très bien choisie. Un jeu de lumières plus important aurait sûrement alourdi encore plus le questionnement omniprésent pendant le spectacle.

Ce spectacle se basant sur les crises écologiques, économiques et sociales, comme nous l'a dit Héloïse Desfarges, déroule le fil d'une pensée. Les artistes ont décidé d'incorporer le corps pour ne pas être que dans l'intellect, car « pour un danseur, il y a des idées qui ne passent pas par la pensée, on doit alors les exprimer avec notre corps ». Avec ce mélange artistique, ils décident de parler pour soi, en leur nom et pas en celui des autres.

En bref, ce spectacle est une véritable claque, et on en sort tout chamboulé avec des questions plein la tête. Des questions comme : Qu'est-ce qu'on me doit ? Qu'est-ce que je dois ? De quoi suis-je redevable et à qui ? Qu'est-ce que je sais du monde qui m'entoure et me constitue ? D'où viennent toutes ces choses que je consomme ? Qui m'informe de l'état du monde ? Qui fait de la politique et pour qui ?

Victoire NOGARET, 17 ans - Club Les Crieurs — Novembre 2018.