J’AI TROP PEUR 

— critique


Mise en scène sobre, personnages attachants et souvent drôles, J’ai trop peur parle de l’entrée en sixième. Ca fait esquisser des sourires sur les lèvres, se dire tout bas qu’on s’en rappelle et que c’était aussi terrible. Avec cette grosse boîte de bois où se cachent au fur et mesure les personnages, c’est fou comment une grosse boite bien ficelé, soit dit en passant, puisse reconstruire une salle de classe, la plage, des chambres d’enfants. L’humour, étonnamment sur un sujet comme celui-ci, n’est jamais lourd, jamais cliché ; les trois filles semblent se contenter de jouer les personnages.

C’est excellent, c’est ce type de théâtre qui fait vivre vraiment, une pièce qui fait oublier qu’on est enfant et que c’est effrayant, qu’on est adulte et qu’on a rien à faire dans une spectacle pour enfants. Les 3 actrices, tirent au sort avant chaque représentation, cela laisse sans voix, chaque actrice a sa personnalité selon le personnage. Ce qui est marquant c’est le peu de décor, le peu de fond, pas de grands costumes, de décors imposants et poussiéreux, seulement un habit d’enfant, d’adolescent névrosé par la peur dans toute sa splendeur. Tout simplement ce spectacle est vrai, plein de subtilité, sans fioriture, sans le désir souvent trop explicite de faire vivre. Ca fait du bien de se lancer dans cette introspection, de se relancer dans une période que tout le monde a vécu. On se sent proche, on partage ce sentiment d’angoisse futile, et on se revoit face aux regards des autres quand, à la cantine, on fait tomber son plateau.

Maria — Club Les Crieurs — Février 2019